Visite des écoles d'Inde (21 nov. - 14 déc. 2013)

 

Ca y est, c’est parti pour l’Inde pour un 3 semaines. Bon voyage !

Nous tenons à exprimer toute notre gratitude à Jérôme Saltet et aux Editions Playbac (http://www.playbac.fr/) pour avoir financé le billet d'avion d'Isabelle (ainsi que son assurance santé) et avoir rendu cette expérience possible. Un très grand merci de la part de toute l'équipe!

L'organisation des visites d'écoles en Inde a été difficile à organiser. Nous tenons donc à remercier toutes les écoles qui ont acceptée d'accueillir Isabelle (si bien par ailleurs!) ainsi que les personnes ayant contribué à ces mises en relation : Vikas Dhavaria, Pammy Kholi, Satyanarayana Dasa et Steven Rudolph. Un très grand merci à eux!   

 

- Problème avec les photos, elles seront ajoutées dès que possible -

 

5 informations en avant-propos


  1. 1,2 milliard d’habitants : La population de l’Inde équivaut à la population combinée des Etats-Unis + Indonésie + Brésil + Pakistan + Japon + Bangladesh.  Difficile donc de généraliser en matière d’éducation … 
  2. L'Inde est une république fédérale composée de 28 États et 7 territoires. Chaque état dispose d’une grande liberté d’application des directives nationales et de son propre ministère d’éducation
  3. Ancienne colonie britannique pendant près de 200 ans (1750-1947), l’éducation reste influencée par cette relation étroite avec la Grande Bretagne et la langue anglaise. Les meilleures écoles sont anglophones.
  4. Nouvelle loi : Depuis le 1er avril 2010, l'école est devenue obligatoire et gratuite pour tous les enfants de 6 à 14 ans. Cette nouvelle loi impose par ailleurs aux écoles privées d'accueillir 25% d'élèves pauvres.
  5. Entrent dans l’équation le système de castes, les différentes religions et croyances pratiquées, les différences sociales, les différences entre genre (homme/femme), les nombreuses langues officielles* et les différences entre villes et zones rurales, tout cela en parallèle d’un développement économique rapide … 

Nombreuses langues officielles : hindi, anglais + 21 langues (sur plus de 160 langues au total) - mais aucune langue parlée par tous sur tout le territoire...

 

L'école en Inde est actuellement une école à deux vitesses :

Des écoles privées de grande qualité pour les riches,

Des écoles gouvernementales ou écoles des rues pour les moins pauvres

 

Extrait de BBC news (27 février 2008), Amartya Sen (prix nobel d'économie) : 

"Le risque pour l'Inde de se scinder en deux est une réalité : une moitié ressemblant à la Californie, l'autre moitié à l'Afrique sub-saharienne. Le contraste entre les enclaves High-tech comme au Bangalore et les conditions de vie primitives de nombreux villages indiens et les taudis urbains saute aux yeux, même pour le simple touriste"

 

Rappel des chiffres : 

  • 1 femme adulte sur 2 est analphabète, 1 homme sur 4 (moins d'1 enfant sur 4 cependant)
  • 76% de la population vit avec moins de 2 euros par jour (Unesco, 2005)
  • 42% vit en dessous du seuil de pauvreté ($1.25/jour - Unesco 1998-2008)
  • 70% de la population vit en zone rurale

 

Quelques pratiques intéressantes à retenir  


La boîte à idées des belles pratiques pédagogiques du monde se remplit et le journal ci-dessous vous présentera le quotidien de ces écoles d'Inde. Quelques idées à retenir parmi les meilleures en avant goût : 

  • Les compétences humaines des enfants évaluées (au même titre que les compétences académiques)
  • Les assembly
  • La lecture et discussion quotidiennes de l’actualité (abonnement obligatoire des enfants à un journal adapté à leur âge)
  • Les célébrations régulières et la vie au cœur de l'école
  • La diversité des activités pour découvrir les talents de chacun
  • Les évaluations détaillées pour les langues (en 11 points) et maths (en 5 points)
  • Les prises de parole en public dès le plus jeune âge
  • La pédagogie Montessori pour  bien démarrer
  • La formation continue des enseignants (hebdomadaire) et le travail en équipe
  • Les cours obligatoire d’informatique/multimédia durant toute la scolarité
  • Les compétitions stimulantes dans de nombreux domaines avec récompenses
  • Calcul mental au top! (calculatrices interdites avant l'université)

 

Lundi 25 novembre : Ecole Jiva, Faridabad (Sud de Delhi)


Visite de l’école Jiva de Faridabad aujourd’hui mais petite introduction avant de vous donner des précisions sur ce petit bijou d’école. 5 Informations générales quant à l’organisation des écoles en Inde :

 

1. Une grande diversité d’écoles, choix généralement lié aux moyens financiers dont dispose la famille : 

......... Les écoles privées : la qualité de l’école varie en général proportionnellement aux frais d’inscription 

  • Les « Public schools », le plus souvent de très bonne qualité : Malgré leur appellation d'« écoles publiques » ces écoles sont privées, labellisées « public » pour signaler qu'elles suivent les programmes officiels. Elles sont souvent rattachées à des « boards » (le plus connus : CBSE - normes de qualité)
  • Ecoles privées : Liberté totale d'enseignement
  • Ecoles privées confessionnelles : Catholiques, Madrasas (écoles coraniques), anglicane ...
  • Gurukula : écoles traditionnelles indiennes – apprentissage avec gouru
  • Missionary schools : Ecoles gratuites, accessibles pour les plus pauvres
  • Ecoles improvisées chez des particuliers

......... Les écoles publiques 

  • Les écoles centrales (Kendriya Vidyalayas) : Ecoles gouvernementales proposant un programme uniforme sur tout le territoire indien – écoles destinées à l'origine aux enfants de fonctionnaires d'état amenés à se déplacer dans le pays (vues les différences entre états). Ces écoles assurent une uniformité d'enseignement. 
  • Government schools : Le système public manque cruellement d'écoles et de moyens (et l’absentéisme des enseignants, pas toujours qualifiés, semble être un fléau)

Dès qu’ils le peuvent, les familles, même les plus modestes, économisent pour envoyer leurs enfants dans une école privée. 

A noter : L’estimation des enfants non scolarisés varie entre 8 et 90 millions selon les sources

Photo : Des élèves motivés et disciplinés

 

2. Des établissements uniques, du pré-primaire à la fin des études secondaires

La grande majorité des écoles (70% à priori) assurent la formation complète des enfants, du pré-scolaire à la fin des études secondaires. Les enfants font donc l’intégralité de leurs études au sein d’un même établissement avant d’intégrer une université ou un institut supérieur. Des bus scolaires de couleur jaune rattachés à chaque école assurent le ramassage scolaire. Un bal de bus jaune sur les routes tous les matins…

Photo : Des bus jaunes pour chaque école…

 3. Ecole uniquement le matin 

En Inde, les cours commencent en général entre 7h30 et 8h30 et terminent entre 13h30 et 14h30 l'après-midi. Pour permettre à chacun de se rendre à l’école, faute d’infrastructures suffisantes, certaines écoles proposent également des cours l’après-midi. Les cours ont lieu du lundi au vendredi + un samedi sur deux la plupart du temps (les enseignants travaillent tous les samedis matins ceci dit).

Photo : Enfants en uniforme

4. Port de l’uniforme, Mixité, Anglais

D’influence britannique, la majorité des écoles privées offrent un enseignement en anglais, les enfants portent un uniforme (avec parfois cravate s’il vous plaît!) et les classes sont mixtes. Si l’anglais est loin d’être parlé par la majorité des habitants du pays, toutes les personnes instruites le parle – parfois en langue principale.

 

5. Le système scolaire en image

Mardi 26 novembre  : Jiva  public school, Faridabad – Une école humaniste


Cela fait 3 ans que je souhaitais visiter cette école après ma rencontre en France avec le Dr Satya Narayana Dasa, un sage qui m’avait ouvert les portes de son école sur Delhi, me parlant de ce qu’ils mettaient en place pour valoriser les talents et le potentiel de chaque enfant. Il mettait tout à ma disposition… 3 ans après, me voici…

Photo : La devise de l’école "Créons ensemble une société saine, riche et sans peur"

 

La philosophie appliquée de l’école Jiva en 5 points :

1. Intelligences multiples & multiples nature

L’école applique au quotidien la pédagogie des intelligences multiples (MI) développée par l’américain Howard Gardner* (Université d’Harvard, USA) ainsi que le concept des « multiples natures » (MN) développé par Steven Rudolph, l’un des fondateurs de l’école Jiva. Les activités proposées aux enfants sont donc variées et adaptées aux différentes formes d’intelligences et natures de chacun. Selon Howard Garner, il y a 8 formes d’intelligences et 9 formes de nature selon Steven Rudolph. Chaque enfant peut donc être respecté et valorisé pour ce qu’il est.

Photo : Des activités variées au sein de l’école et de chaque classe

2. Un test pour tous pour trouver sa voix… en 30 mn !

Steven Rudolph a développé plusieurs outils pédagogiques pour permettre à chacun de trouver sa voie professionnelle en accord avec sa vraie nature et ses intelligences dominantes : un jeu de société, une mallette pédagogique, un livre (« the ice-cream dilemna » publié en 2013) et à présent un test complet accessible en ligne. Le test permet d’identifier vos formes d’intelligences et nature(s) dominantes. Au regard des résultats, le site propose les carrières les plus en accord avec le profil (intelligences et natures) et les formations associées (réf. aux formations en Inde pour le moment mais le site est en cours d’adaptations dans différents pays). Le test coûte 8 euros (750 roupies), un must !

* Pour information Steven Rudoph sera de passage en France en avril 2014 pour présenter sa théorie et outils. Il est ouvert à d’autres interventions si vous souhaitez l’accueillir dans votre ville. Ses dates : https://docs.google.com/document/d/1nwID7VUJuInQRCTyUSBkeWXoFbJuC3Ac0WtC8gWLx2s/edit?usp=drive_web 

Photo : Le jeu de société «Career Master » de Steven Rudolph

3. Swadhyay & SOE (Self, Others, Environment) : Développer sa conscience

Tous les jours, avant la fin des cours, les enfants sont invités à prendre le temps d’observer leur journée sous forme de courte visualisation de 10mn guidée par leur professeur, les yeux fermés (pratique appelée Swadhyay). L’enseignant les amène à revoir leur journée, ce qu’ils ont fait, ce qu’ils auraient pu mieux faire vis-à-vis d’eux-mêmes (Self), des autres (Others) ou de la terre (Environment). Ce regard conscient sur leurs actions et leur comportement leur permet de pouvoir se corriger à l’avenir et développer un sens de responsabilité. De retour à la maison, les enfants doivent écrire quelques lignes dans leur journal SOE. Le partage et l’échange se fait le lendemain, en début de cours, juste après l’assemblée générale. La journée de classe commence par un espace de discussion permettant à ceux qui le souhaitent de partager ce qu’ils ont découvert sur eux-mêmes.

Photo : Elèves en swadhyay

4. Dincharya ke Niyam: Routine et auto-discipline

Enfants et adultes (en tant que référence/modèles inspirants pour les enfants) sont invités à suivre une discipline quotidienne rigoureuse en lien avec les traditions anciennes : se lever avant le lever du soleil, contact avec le sol, prières de respect à la terre et à leur famille, yoga, douche, petit déjeuner avant d’aller à l’école… Une routine sous forme d’auto-discipline. Une autre routine est proposée après l’école.

Photo : des prières avant les repas – en forme de gratitude

5. Respecter son dosha (Ayurveda)

L’ayurveda, science indienne ancestrale, catégorise la population en 3 catégories de personnes : les Vata, Pitta, Kapha (avec combinaisons possibles, je suis personnellement Pitta-Kapha). Chaque typologie a ses propres caractéristiques et de fait doit suivre une hygiène de vie qui lui correspond afin d’optimiser son capital santé : alimentation adaptée, sports recommandés, etc. Les enfants connaissent leur dosha et se doivent de respecter le régime alimentaire adapté à leur nature et cette hygiène de vie personnalisée.

Photo : le enfants doivent se fixer mensuellement des objectifs

 

Mercredi 27 novembre : Jiva public school (suite)


Ayant passé la nuit sur place, je commence ma journée à 8h avec l’assemblée quotidienne générale de tous les élèves 

Photo : Jiva public school

1. L’« Assembly », un rassemblement général au quotidien (1 500 élèves)

Tous les matins, à 8h, tous les élèves de l’école participent à leur assemblée générale, rassemblés sur le terrain de sport, face à l’estrade. Les enfants arrivent en rang et sont alignés par classe, tous impeccables dans leur uniforme. L’assemblée commence par la vérification des tenues de chacun puis tout le monde prie et chante l’hymne national. Cette assemblée permet ensuite de faire toutes les annonces de l’école, de valoriser/récompenser les enfants qui le mérite et même de célébrer les anniversaires du jour (et tout le monde chante « joyeux anniversaire » en coeur) ! L’assemblée dure 30 mn au total, une vraie cérémonie quotidienne. A mon tour donc de parler ce matin à la tribune générale devant 1500 élèves…

Photo : l’assembly

2. Une école sans cloche

Pour marquer la philosophie, l’école ne signale pas les changements de cours par une sonnerie. Quand l’enseignant signale la fin du cours, les enfants se rendent au cours suivant. La sonnerie perturberait la paix de l’école par son son strident …

Photo 

3. Formation continue des enseignants & travail supervisé

  • Une fois par semaine (30 mn) et deux matinées par mois, les enseignants suivent des modules de formation continue selon les besoins du moment. Un service de formation en interne assure les formations.
  • De même, avant de pouvoir enseigner, tous les enseignants doivent soumettre l’intégralité de leur programme sur 1 semaine (objectifs, détails des activités et de la progression, intelligences sollicitées… ) à leur superviseur. Celui-ci est en charge de lire et d’approuver le contenu avant que l’enseignant ne le mette en actions … Un très grand professionnalisme donc !

Photo : Programme validé avant d’enseigner…

4. Compte-rendu régulier sur chaque enfant et sa progression académique & personnelle

L’enfant est perçu dans sa globalité et comme unique… L’école est dévouée à l’aider à développer son potentiel et ses talents propres. Chaque enseignant est donc en charge de noter régulièrement l’évolution de l’enfant, les informations étant disponibles pour les parents et les enseignants qui suivront l’enfant par la suite.

Photo : Cours de sanskrit dès la 5ème année 

5. Un dynamisme évident et une relation forte avec les traditions et la culture indienne

L’école essaie de renforcer les liens avec sa culture traditionnelle, non seulement par l’étude du sanskrit dès la 5ème année mais aussi par l’apprentissage des danses, musiques, chants traditionnels. De nombreuses célébrations et activités ont lieu tout au long de l’année durant lesquels les enfants proposent des spectacles, participent à des compétitions, des célébrations

Reconnaître les enfants, les enseignants, et une école « Jiva »

Photo : Les enfants de Jiva 

  • Leur donner les ressources pour apprendre à apprendre
  • Identifier leur nature et leur voie unique
  • Leur donner l’envie d’apprendre tout au long de la vie
  • Les aider à exceller en résolution de problèmes
  • Les aider à devenir des citoyens responsables, adaptés à la société

Photo Les enseignants de Jiva

  • Focus sur « apprendre » et non enseigner
  • Considérer chaque enfant comme unique
  • Développer l’envie d’apprendre
  • Créer un environnement qui favorise l’apprentissage
  • Transmettre l’auto-discipline à leurs élèves

Photo Les écoles Jiva

  • Transmettre la culture indienne et la culture globale
  • Donner un enseignement constructif
  • Aider les enfants à être en accord avec eux-mêmes
  • Aider les enfants à choisir une carrière en accord avec leur vraie nature
  • Permettre aux enfants d’être acteur de leur vie et force de décisions

Photo : Education : Un équilibre entre les sciences et le dharma

 

Jeudi 28 novembre : Ecole Bal Bharati, Pitampura (nord de Delhi)


1h de taxi pour me rendre au nord de Delhi (toujours une grande expérience…) mais je ne le regrette pas. L’école Bal Bharati (établissement de 5000 élèves tout de même !!!) m’a enchantée et m’a merveilleusement bien accueille ! Merci à Sarabjit, Koma, Monoka, Sonia et toute l’équipe !

 

1. Pédagogie Montessori en pré-primaire : L’école utilise la pédagogie Montessori pendant les 4 premières années de scolarité, en utilisant bien évidemment le matériel associé. Pendant les 6 premiers mois de scolarité les enfants développent uniquement leur dextérité – avec 35/40 enfants par classe en moyenne (45/50 en primaire et secondaire).

Photo : Classe des 5 ans

2. Discipline soutenue et pédagogie participative

Si la discipline est soutenue dans l’école et dans chaque classe, la pédagogie n’en reste pas moins participative et l’on sent tous les enfants motivés, intéressés et impliqués. Les enfants sont sollicités par de nombreuses questions, ils lèvent le bras puis se lèvent pour répondre. De même tous les enfants m’ont systématiquement accueillie dans leur classe en se levant et en me saluant d’un « good morning Madam ! » (et mon visage d’européenne en a surpris plus d’un…).

Photo : cours de danse traditionnelle

3. Des liens forts avec les traditions – et une ouverture sur le monde

L’Inde est très fière de sa culture et renforce le lien avec sa terre et ses traditions – tout en s’ouvrant à l’international. L’école, tout comme Jiva, offre des cours de danse indienne mais aussi des cours de danse du monde ainsi que des cours de musique/chant traditionnels (et de chants du monde). Il m’a été demandé de chanter et aussi de montrer des danses traditionnelles françaises (gloups…)

Photo : le professeur de musique indienne et instruments traditionnels

Photo : Apprentissage des chants du monde. Ici, « Feliz navidad » chant de noël…

4. Des célébrations régulières

L’école célèbre toutes les fêtes traditionnelles indiennes mais saisi aussi les occasions pour faire travailler et sensibiliser les enfants autour de journées de célébration internationales (ex : la journée des enfants). Les enfants préparent des chants, des danses, des spectacles, des activités autour du thème qu’ils présenteront devant toute l’école… On évoque 19 célébrations par an, 1 à 2 par mois donc !

Photo : L’amphithéâtre de l’école

5. Des prises de parole en public & compétitions

Dès le plus jeune âge (3/4 ans), les enfants sont amenés à prendre la parole en public, via de petites compétitions. Cela favorise la confiance et l’affirmation de soi des enfants. J’assiste aujourd’hui à une compétition pour les 4 ans qui racontent une petite histoire en Hindi. Le meilleur de la classe a été sélectionné puis se produit devant tous les enfants de son âge… Un auditoire de 200 enfants tout de même, et 7 filles sur 9 enfants sur la scène… Les prises de paroles en public sont très régulières ainsi que les compétitions en tous genres au sein même de la classe, de l’école ou entre écoles, avec récompense, trophées et valorisation devant l’école lors des assemblées générales…

Photo : Compétition des 4 ans. Impressionnant n’est-ce pas ?

6. Gratuité pour 25% des enfants… en application de la loi

La nouvelle loi de 2010 impose à toutes les écoles privées d’accueillir gratuitement les enfants dans le besoins. Sélectionnés sur un mode de points (enfant du quartier, 1er enfant de la famille, frère ou sœur dans l’école, fille…), 25% des élèves de l’école bénéficient effectivement de cette gratuité. Une approche timide des parents dans un premier temps  mais les enfants (en uniforme) ne perçoivent pas vraiment la différence (si ce n’est lors de sorties payantes, trop chères pour les plus pauvres) mais l’école fait en sorte de sponsoriser certaines sorties.

Photo : L’uniforme pour gommer les différences

7. The green warriors : Sensibiliser les enfants à la protection de l’environnement

Chaque semaine, 5 enfants différents sont sélectionnés pour aller passer de classe en classe un petit message de protection de l’environnement (sous la forme de saynette). Qq minutes pour sensibiliser les enfants aux challenges actuels de notre planète et permettre à chacun de s’exposer au regard des autres. Tous les élèves de l’école deviennent « Green warriors » une fois par an…

Photo : Les Green warriors en action

 

Vendredi 29 nombre : Ecole Bal Bharati, Pitampura (suite)


La philosophie des écoles Bal Bharati (5 établissements dans Delhi) est (re)connue par tous pour sa qualité, son approche humaniste, la diversité des activités proposées (16 activités sportives dont golf) et un excellent rapport qualité/prix (entre 3000 et 4000 roupies par mois : de 36 à 48 euros/mois)

1. Précocité et niveau impressionnant : lecture et mathématiques.

En visitant la classe des 4 ans, je découvre des enfants qui savent déjà composer des mots de 4 lettres en anglais ET en hindi… Ils piochent dans les petits casiers les lettres pour réécrire les mots qu’ils souhaitent écrire. Quelle précocité (qui paraît normale à l’enseignante lorsque je lui en parle), les tous petits savent épeler les mots et lire dans ces 2 langues… De même la classe de mathématiques des 9 ans me laisse admirative par leur niveau de calcul des superficies… Les enfants me montrent leur cahier avec enthousiasme, ils sont fiers ! Des cahiers propres, nourris en des activités intéressantes. Très impressionnant ! Et les enfants de 5 ans savent compter jusqu’à 100 

Photo : écriture en hindi et en anglais dès 4 ans

Photo : Optimisation de l’espace : 35 enfants en école maternelle

2. Bibliothèque et lecture

Pas de secret pour bien lire (et écrire), il faut pratiquer… L’école a mis en place tout un système de lecture adapté au niveau de chacun :

  • Les livres sont sélectionnés et étiquetés par classe d’âge 
  • Passage obligatoire en bibliothèque une fois par semaine pour tous les niveaux
  • Enfants récompensés en fonction du nombre de pages qu’ils lisent (3000 pages/an : certificat de bronze, 3500 certificat d’argent, 4500 pages/an certificat d’or). Ils obtiennent un nombre de points supplémentaire en anglais s’ils lisent un certain nombre de pages (l’instructeur les interrogent individuellement pour vérifier…)
  • Petite bibliothèque dans chaque classe, très prisée et utilisée…
Photo : La Bibliothèque
Photo : Le programme des enseignants vérifiés avant les cours

4. A chacun sa maison, comme dans Harry Potter!

Tout comme dans le film Harry Potter, les enfants rejoignent une « maison » de référence dès leur arrivée dans l’école (4 maisons dans cette école). Cette division est utilisée pour les compétitions au sein de l’école, l’organisation des spectacles mais aussi pour le mentoring entre élèves notamment, fraternité oblige puisqu’ils appartiennent au même clan…

Photo : Les 4 maisons

5. Emphase sur le sport et scolarité gratuite pour les athlètes

L’école compte 16 activités sportives à disposition des enfants dont golf et 2 piscines (ouvertes). L’école s’engage d’ailleurs à apprendre à nager à tous les enfants, le cours de natation étant obligatoire pour tous la moitié de l’année (avec le cours de tennis de mémoire)… Les enfants pratiquent de nombreuses activités sportives tout au long de l’année et peuvent pratiquer autant de sports qu’ils le souhaitent en dehors des cours (des  professeurs de sport sont disponibles après la journée d’école) mais les enfants sont incités à pratiquer intensément un sport de leur choix, pour exceller dans celui-ci. Les meilleurs sportifs obtiennent même l’entière gratuité de leur scolarité.

Photo 

6. La méthode Sonday : Soutien scolaire et orthophoniste 

L’école compte 4 enseignants spécialisés ainsi qu’une orthophoniste (temps partiel) et un conseiller d’orientation, une exception en Inde à priori. Les enfants en difficultés scolaires sont donc invités à suivre des cours de soutiens en petits groupes une à plusieurs fois par semaine. La salle de cours est également un espace d’écoute à tous les chagrins…. Recherchant les belles pratiques, on partage avec moi l’incontournable pour apprendre l’anglais (en langue principale) : La « méthode Sonday ». Développée par l’américaine Arlene Sonday, la méthode a fait ses preuves au sein de l’école qui voit la différence depuis son utilisation : http://www.thebrainzone.net/the_Sonday_System.html.

Photo : des cours de théâtre 

7. Des enfants récompensés et valorisés

Comme toutes les écoles indiennes, les enfants sont régulièrement encouragés à bien faire et se dépasser lors de compétitions notamment. Les enfants sont régulièrement valorisés par la remise de certificats, de trophées et une valorisation devant toute l’école lors des assemblées quotidienne (les gagnants sont applaudis ou encouragés par l’école entière).

Photo : Des élèves récompensés, avec un beau trophée ! Quelle fierté !

 

2ème semaine - Introduction


Petite introduction rapide en 5 points sur cette 2ème semaine de visite d'écoles...

1) Toujours pas de visite d'écoles publiques (gouvernementales) cette semaine – mais cela est finalement en train de s'organiser pour la semaine prochaine.Ouf!  Il reste toutefois très difficile de visiter les écoles de manière générale. Cela se construit dans le temps, lentement..

2) Le système scolaire indien actuel reste largement dominé par les écoles privées, seul moyen d'accès à une réelle éducation et passeport pour un emploi qualifié. L'individualisme, les inégalités gigantesques (notamment en matière de classes sociales) et la course au développement économique (au détriment de l'environnement et d'une forme d'humanité) sont facilement observables en Inde.

3) Pour information, les frais d'inscription varient considérablement d'une école à l'autre avec une moyenne 15 000 roupies par an – et pouvant atteindre des sommets, jusqu'à 1 million de roupies. Rappel de salaires moyens pour référence : Domestiques (10 000-15 000/mois), Employés (15 000-25 000), Enseignants (30 000-50 000). 1 euro : 0,84 roupie (déc 2013).

4) Salaire moyen : En 2011, selon le Monde diplomatique, la moyenne nationale était de 115 roupies (1,77 euro). 75% de la population vit avec moins de 2 euros par jour.

5) Des enfants motivés et disciplinés : De manière générale, je rencontre des enfants motivés, investis dans leur apprentissage, plutôt joyeux et très disciplinés (discipline assurée par les enseignants qui « tiennent » leur classe). Les enfants, en uniforme, lèvent le doigt en masse puis se lèvent avant de répondre lorsqu'ils sont choisis avec des « Yes, Madam » réguliers (je n'ai rencontré que peu d'enseignants masculins pour le moment...). L'ensemble est généralement studieux mais assurément joyeux. J'aurais croqué tous ces jolis visages souriants !

 

Pinnacle public school, Pansheel (850 élèves – du préscolaire à la classe XII)


Pinnacle public school, école privée, a été créée il y a 55 ans par la mère de l’actuelle directrice, Gail. Très bien accueillie au sein de cette dynamique école, je remercie l’équipe et tous les enfants de m’avoir témoigné autant de bienveillance et de m’avoir permis d’observer toutes ces classes (préscolaire et primaire). Et merci pour les bonbons de la part des enfants qui fêtaient leur anniversaire – j’adore cette tradition !

Résumé en 5 points :

Photos : Ecole & Fondatrice

1) 25% d’« Economically Weakest Children » (enfants de familles pauvres)

Depuis la nouvelle loi de 2010, toutes les écoles privées sont obligées d’accepter dans leurs effectifs 25% d’enfants défavorisés. Ainsi ¼ de l’école est composée d’enfants issus des milieux les plus pauvres (du moins ceux qui font l’effort d’envoyer leurs enfants à l’école). L’établissement prend également en charge les uniformes, les livres et le matériel scolaire et les frais de sorties, assez fréquentes. Autrement, les frais de scolarité sont de 34 000 roupies/an (environ 405 euros)

2) Fête de Noël : des cadeaux pour tous…

Noël, fête chrétienne, est célébrée à Pinnacle school. Le père Noël viendra donc apporter ses cadeaux à tous les enfants qui recevront chacun un coffret cadeau garni (livre et crayons, jeu de société, sucreries…) lors d’une belle journée de célébration ! Pour les familles qui ne peuvent pas payer les 200 roupies du cadeau, l’école le prend à sa charge. De même, seront invités à participer à cette journée une cinquantaine d’enfants des écoles des rues (à qui l’on offrira les mêmes cadeaux). Enfin, l’école enverra des coffrets cadeaux aux enfants de 4 centres défavorisés (malades, aveugles…). Pour info, l’école organise régulièrement des actions caritatives.

Photo : La père Noël à l'école, des cadeaux pour tous

3) Holistic approach (approche globale de l’enfant)

La directrice me parle de sa vision de l’éducation et de l’approche globale de l’enfant. Depuis quelques années, malgré la pression de la compétition (les élèves réussissant à 95% leur scolarité ne sont apparemment pas sûrs de pouvoir intégrer l’université…), il semblerait que les écoles indiennes essaient d’équilibrer la transmission académique avec des activités complémentaires (corps/mains/cœur) – dans une proportion de 60/40%.

Photo : des marches rigolotes…

« Two ears, one mouth, use in the same proportion” (deux oreilles, une bouche : à utiliser proportionnellement)

“Respect silence, it speaks volumes” (respecter le silence, sa puissance est énorme)

 

4) Activités socialement utiles (socially useful activities)

Outre la multitude d’activités proposées par l’école (projets, journées de célébrations, sorties, visites, compétitions….), l’école propose des « activités socialement utiles ». Ainsi, chaque année, tous les enfants doivent choisir une activité parmi un large choix  (poterie, broderie, écologie, théâtre, débat …) qu’ils suivront 2 séances par semaine. Changement obligatoire d’année en année, pour tout essayer … Et « concours de talents » de temps en temps pour révéler les vocations !

Photo (théâtre) : Cendrillon revisitée… face à une audience captivée… 

5) Cours de Yoga obligatoire – et cours de respiration

La pratique du yoga est excellente pour la santé et plus en plus populaire en Inde (notamment sous l’influence du médiatique gourou Ramdev). La pratique est obligatoire chaque semaine pour toutes les classes de l’école (la moitié des enfants de la classe interrogée le pratique régulièrement). Pour me permettre de mieux comprendre les effets du yoga sur la santé, l’enseignant me précise les bienfaits pour chaque posture. Ok, je m’y mets à mon retour… En fin de cours, exercices de respiration et pratique du Ommm… Me voilà revigorée ! 

Photo : Des postures incroyables...

 

Pinnacle school, Pansheel (suite)


Suite des trouvailles de ma visite de Pinnacle school en 5 points…

 

1) L’assembly

Je vous en ai déjà parlé, la pratique de l’assembly (rassemblement général quotidien) est pratique commune en Inde. Aujourd’hui, je participe à l’assemblée des plus petits (préscolaire & primaire). Pas de discours, des annonces brèves puis des chants de noël pendant une quinzaine de minutes pour bien commencer la journée. Un moment joyeux assurément 

Photo : L'assembly, un moment joyeux

 

2) Compter jusqu’à 100, dès 4 ans…

Le préscolaire commence à 3+ ans en Inde et l’école primaire à 5+ ans (et dure 5 ans)*. Je suis quelques cours avec les plus petits et découvre que les enfants de 4 ans apprennent à compter jusqu’à 100, et écrivent toutes les lettres de l’alphabet ainsi que 11 lettres d’Hindi. Whaouh…

*école obligatoire de 6 à 14 ans en Inde

Photo : Classe des 4 ans 

 

3) Cours d’élocution

Une emphase est mise sur les premières années de scolarité (rq : l’école finance 2 enseignants par classe les 3 premières années – classes d’environ 25 élèves chacune).

Par ailleurs, pour apprendre à s’exprimer correctement en anglais, les enfants suivent quotidiennement 15mn de cours d’élocution, dans une atmosphère de jeux. De même, tous les prétextes sont bons pour les faire s’exprimer devant un public (activités « show and tell » pour montrer un objet et en parler, se présenter ou faire de courtes présentations, dès le plus jeune âge)

Photo : Cours d'élocution dans la cours aujourd'hui 

 

4) Lecture quotidienne de l’actualité Dès l’âge de 8 ans (année 3), tous les enfants sont abonnés au quotidien pour enfant « HindoustanTimes » et évoquent quotidiennement l’actualité avec leur professeur … Les informations les plus importantes sont alors reportées dans leur cahier d’actualités accompagnées d’articles découpés. Les enfants ont des quiz de temps en temps et participent également à des compétitions au sein de l’école

Photo : Lecture à voix haute et discussion de l'actualité

 

5) Célébration des anniversaires !

L’école étant un lieu de célébration, les enfants qui fêtent leur anniversaire ont le droit ce jour-là de laisser leur uniforme à la maison pour revêtir le vêtement de leur choix – et leur classe chantera pour eux un bel « Happy birthday ! ». De leur côté, les enfants célébrés offrent à leurs camarades (et à tous les enseignants) de petites sucreries… J’ai adoré cette dernière partie!

Photo : Toute la classe leur chante « Joyeux anniversaire ! »

 

6) Des célébrations régulières. Cette année à Pinnacle School :

  • Earth day : journée de protection de l'environnement, pour prendre soin de la planète en nettoyant les parcs, planter des arbres…
  • World dance day (journée de la danse)
  • World red Cross day (croix rouge)
  • Investiture day (jour d’institution pour les représentants des 4 maisons – vu précédemment)
  • Aid (fête musulmane)
  • Independence day (journée d’indépendance)
  • Founders day (célébration des fondateurs de l’école : journées d’activités amusantes : concours de talents, maquillage…)
  • Dussehra (fête indienne)
  • Diwali (fête indienne)
  • Children’s day (les enseignants célèbrent les enfants)
  • Guru Nanak (fête sikh)
  • Noël
  • Republic day

Mais aussi :

  • Des visites de centres pour personnes âgées, d’orphelinats, de centres pour enfants malades…
  • Grain day : Tous les vendredis, les enfants peuvent apporter des graines, qui seront donnés aux animaux des rues (« Grains day », le jour des graines).

 

Ahlcon International School, East Delhi (2500 élèves – du pré-scolaire à la classe XII)


Ahlcon International School a été créée il y a 11 ans à peine et est déjà classée parmi les meilleures écoles de Delhi et même d'Inde. Son palmarès de prix est déjà impressionnant, classée parmi les meilleures écoles de Delhi et même d'Inde : http://www.ahlconinternational.com

Si les frais de scolarité (10 000 roupies = 120 euros/mois) permettent à l'école d'avoir les moyens d'offrir de bonnes conditions d'apprentissage aux enfants, il n'en reste pas moins que le succès repose également sur la vision de l'école et son rôle dans le développement de chacun : une approche holistique (globale) qui tente d'équilibrer savoirs académiques et épanouissement/développement des potentiels.Et comme toujours, je suis merveilleusement bien accueillie avec thés et gourmandises et repart même avec des cadeaux comme vous allez le voir (une bague fait main par une élève et 2 journaux).

 

1) Indian contribution to the World (la contribution indienne au monde)

Le 27 décembre prochain, l'école célébrera sa journée de «  contribution indienne au monde ». A cette occasion, tous les enfants sont invités à participer à cette journée de célébration, soit en préparant de petits spectacles (avec parfois l'aide des enseignants), des petites vidéos, ou en créant des objets qui seront exposés à cette occasion. Libre court l'imagination de chacun...

Pour la préparation de cette grande fête de l'école, tous les élèves disposent d'1h/jour de libre pendant 3 semaines pour se préparer. Une bonne façon de permettre à chacun d'exprimer ses talents – tout en valorisant la culture indienne.

Photo : ma magnifique bague offerte par Trisha (travail d'une grande minutie...)

 

2) Indian International Model United Nations (MUN) : Sommet des Nations Unies pour la jeunesse

L'école participe à une simulation globale du sommet des « Nations Unies » pour la jeunesse, organisée depuis 3 ans en Inde. Le MUN (Model United Nations) recréé les conditions d'un sommet des Nations Unies, incluant les différents comités, pour permettre aux enfants de comprendre les enjeux de cette institution intergouvernementale. Chaque école affiliée envoie une dizaine d'enfants – avec les responsabilités associées à leur rôle (délégué, modérateur, administrateurs...) et les qualités recherchées (travail de recherche, prise de parole en public, travail en équipe, esprit critique, diplomatie...)

Il existe environ 400 MUN dans le monde actuellement

 

3) Book Week : la semaine littéraire

Je ne vous en ai pas encore parlé mais toutes les écoles visitées à ce jour organisent une fois par an leur semaine littéraire (Book week), semaine consacrée bien évidemment à la lecture et à toutes les activités connexes. Véritable célébration du livre et de la lecture, l'école reçoit à cette occasion de nombreux écrivains ou professionnels du monde du livre – ou organise des visites liées à la lecture. Plusieurs projets et compétitions autour du livre sont également proposés. 

Photo de la bibliothèque

 

4) Abonnement actualités pour tous : Chaque élève de l'école doit s'abonner à un magazine d'actualité, pour des discussions régulières :

  • The Times of India : pour les plus jeunes (8-13 ans)
  • HindustanTimes : 14-18 ans

Les enfants peuvent même contribuer à ce journal en soumettant des articles s'ils le souhaitent. Les éditions du jour me sont offertes par l'école (un grand merci!), je les ramène donc dans mes bagages pour vous les montrer..

Photo : HindustanTimes

 

 5) Surprenant ! Les empreintes digitales pour connaître les talents de votre enfants ?!

Un centre de recherche indien aurait paraît-il fait la corrélation entre les empreintes digitales et les potentiels de chacun. Une forme d'empreinte génétique des talents...Une machine biométrique prend votre empreinte et hop, on vous explique vos dominantes intellectuelles basées sur les intelligences multiples d'Howard Gardner. L'organisme évoque une validité de résultats à 100%.. Info ou intox ? A vous également de juger...Le test dermatologique pour détecter les intelligences multiples : Dermatoglyphics Multiple Intelligence Test (DMI) : http://mind-tech.in/dmit.html

 

Ahlcon School, East Delhi (suite)


Suite des découvertes d'Ahlcon : http://www.ahlconinternational.com/

1) CBSE et savoirs non académiques

Je vous l'ai rapidement expliqué au début de séjour, le système scolaire indien est principalement décentralisé, avec des responsabilités par états – et une grâce place accordées aux fédérations (boards). Le gouvernement fixe les programmes généraux, sous la guidance du NCERT (National Council Of Educational Research And Training) qui fait le lien avec les états et les fédérations.

Ahlcon, comme toutes les écoles visitées à ce jour est affiliée au CBSE, fédération la plus importante du pays qui compte 13 000 écoles (étranger compris). Je découvre aujourd'hui que depuis une poignée d'années, le CBSE ouvre la porte aux savoirs non académiques. Du 16 au 18 décembre, le CBSE organise d'ailleurs un séminaire autour des « life skills » et compétences pour le monde de demain...

 

2) Cours uniquement le matin et notes

Comme toujours, les cours ont principalement lieux le matin : l'école ouvre ses portes à 8h pour les fermer à 14h (13h pour les plus petits) 5 jours par semaine. Pas de cours le samedi pour les enfants à Ahlcon, mais présence des enseignants, deux samedis par mois.

Et pour les curieux, le système des notes s'organise par lettres : de A(+) : exceptionnel / A : excellent / A - : très bon / B(+/-) : Bon / C : Moyen / D : Mauvais / F : Echec.

 

3) Qu'enseignent-ils au primaire (années 1 à 5) ?

Cours obligatoires à Ahlcon school :Anglais, Hindi, Maths, EVS (Sciences et environnement) mais aussi... modelage (clay modeling), travail du papier (papercraft), yoga, skating, saut à la corde... ces dernières activités étant apparemment excellentes pour le stimuler la dextérité ou les capacités cognitives... Même en s'amusant, on développe ses potentiels !

 

4) Sanskrit ou Allemand en 3ème langue

Avec plus 22 langues officielles et près de 160 langues parlées sur le territoire (et aucune parlée par toute la population), l'Inde est un pays complexe en matière de communication. Aussi, dès le plus jeune âge la majorité des écoles privées proposent un enseignement bilingue : anglais en langue principale et langue officielle locale en parallèle (ex : hindi sur Delhi). Une 3ème langue est généralement proposée dès la 5ème année (10 ans), le Sanskrit (ancienne langue indienne) ou une langue étrangère (français, allemand, parfois Chinois...). Ahlcon a choisi l'allemand – et propose des échanges scolaires avec Cologne...Pour information, le français est de plus en plus populaire en Inde.

 

5) Réunion mensuelle obligatoire pour les parents

Chaque enseignant assure une permanence hebdomadaire afin d'informer et d'échanger avec les parents. L'école impose toutefois une réunion mensuelle obligatoire aux parents, pour les tenir informés de la progression de la classe de leur enfant. Apparemment, 75% des parents assistent à cette réunion...

 

6) Recyclage, recyclage

L'école est très investie dans la création à partir d'objet récupérés. La plupart des objets qui décorent l'école sont issus de cette récupération/transformation, par les élèves eux-mêmes. L'école dispose même d'un atelier pour faire son propre papier. De manière générale, au-delà de l'atelier de recyclage, les enfants peuvent pratiquer de nombreuses activités manuelles comme la poterie, les arts plastiques (peinture, dessin …), 

Photo : lampes de la salle de conférence, fabriquées avec papier fait maison...

 

7) Formation des enseignants

Tous les enseignants rencontrés à ce jour sont titulaires d'un B.A. en Education (Bachelor of Arts = Bac +3). Au-delà de cette formation de base, la formation continue est obligatoire pour tous, sur une base très régulière, hebdomadaire ou mensuelle. Par ailleurs, chaque enseignant, en plus de son travail en classe, est généralement en charge d'un ou deux projets.

 

Lundi 9 décembre : Bluebells public schools (scolarité complète : maternelle -> classe 12)


http://bluebellsschoolinternational.com/

Encore une belle école avec une approche humaniste, je suis gâtée… S’il ne m’a pas été facile de visiter des écoles ici en Inde, celles qui m’accueillent sont en général au top : académiquement et humainement. Cela fait du bien dans ce pays qui semble guidé par une ambition économique à tous prix. Un immense merci à Pretti qui m’a accompagnée toute la journée ainsi qu’à toute l’équipe qui a essayé de me guider dans ma découverte du système scolaire indien. Bluebell est également très enthousiaste pour participer à notre projet de cours universel – nous en sommes absolument ravis ! Frais de scolarité : 5000 roupies/mois

Horaires des cours :

  • Pré-scolaire : 8h30 à 12h30
  • Primaire & secondaire : 7h30 à 14h

1) Lecture et discussion quotidienne de l'actualité (15mn), dès 7h30…

Cela m’impressionne toujours autant, j’assiste ce matin à ce moment de lecture/décryptage de l’actualité. Comme dans les écoles visitées précédemment, tous les enfants sont abonnés à HindustanTimes. A 7h30 tous les matins (= arrivée à l’école), dès 8 ans, les enfants lisent et discutent des informations locales, nationales et internationales. Ce matin, actualité oblige, les enfants parlent de l’élection de la veille à Delhi (une élection capitale). L’enseignante approfondit l’échange par quelques questions auxquelles ils répondent avec enthousiasme et précision.

 (photo)

2) L'Assembly" 

Trois fois par semaine, dès 8h et pendant 30mn, l’école organise une assembly, regroupement de tous les élèves de l’école. Le lundi est consacré au partage d’informations générales, le mercredi à la présentation de l’actualité locale, nationale et internationale et le vendredi au développement des « Life skills » (compétences de vie). Chaque assembly est organisée par une classe et pendant l’année, chaque classe aura en charge la préparation de ces 3 thèmes. Que je vous détaille l’assembly du jour : 

  • Mot d’accueil et chant
  • Prière
  • Le mot du jour : découverte d’un mot en anglais
  • Performance d’une élève en chant indien
  • Thème du jour : « vivre ses rêves, se fixer des objectifs et les atteindre, et croire en soi »: Tous les élèves de la classe en charge aujourd’hui se succèdent seuls ou en petits groupes pour présenter soit une saynète, une présentation Powerpoint/multimédia, une histoire inspirante (celle de Wilma Rudolph aujourd’hui), des conseils, citations… Deux jeunes filles assurent le fil conducteur de cet enchaînement.
  • Annonce de ma présence et de celle d’un autre invité, Mathieu Fleckinger
  • Remise de récompense (je suis invitée à décerner un trophée, whaouh, quel honneur !)
  • Fin de l’assembly : Chant de l’hymne national

(photo)

3) Un autre tour du monde pédagogique 

Le monde est petit, vraiment petit… Je fais aujourd’hui la connaissance de Mathieu Fleckinger, un français, également de passage dans l’école qui vient d’entamer un tour du monde pédagogique… Incroyable non ? Mathieu, professeur des écoles en région parisienne, consacre un an à cette découverte des écoles avec 5 projets en tête dont « Voici mon école » qui propose de faire réaliser une vidéo de présentation de leur école par les enfants. Mathieu restera une semaine à Bluebells… Je vous laisse découvrir ses projets : http://tourdumondepedagogique.blog4ever.com/ 

(photo)

4) Expérimentation de la classe inversée

Le concept est également expérimenté en France : les enfants étudient le cours/la théorie à la maison, le temps du classe étant consacré à l’échange sur le sujet et à la pratique. Depuis quelques mois l’école tente cette nouvelle pratique. Aujourd’hui, pour le cours de maths, les enfants ont étudié les histogrammes à la maison. L’enseignante commence donc le cours par des questions de base pour vérifier qu’ils ont bien compris ce dont il s’agit. Puis les enfants ont préparé (en devoir à la maison) de petites saynètes en groupe pour illustrer la leçon : De l’enquête pour collecter les données à la réalisation des histogrammes, tout cela est expliqué… Je suis très impressionnée par la qualité des saynètes des enfants, très claires. Pour sûr, ils ont compris  

(photo)

5) Cours de multimédia + cours d'informatique obligatoires primaire/collège

Les Indiens sont connus pour être bons en informatique… et pour cause, toutes les écoles sont conscientes qu’elles doivent développer ces compétences chez les enfants, incontournables de nos jours. Bluebell impose à ces élèves des cours d’informatique ET des cours de multimédia, dès 5+ ans, et ce pendant 10 ans. Ces matières ne deviennent optionnelles que les 2 dernières années (11/12ème), notamment pour la section littéraire.

(photo)

 

6) Salle de "découvertes" obligatoire une fois par semaine

Tiens une salle consacrée aux activités de découvertes avec un professeur permanent lié à cette salle, en charge de développer toutes les activités découvertes liées aux sciences, au sens le plus large du terme. Tous les enfants de l’école primaire (5+/10+ ans) ont 45mn de cours obligatoire par semaine. Aujourd’hui, les enfants de 9 ans ont fabriqué un moulin à eau avec des gobelets et des assiettes en carton (voir photo). Les enfants enthousiastes me font la démonstration : oui, oui, ça marche… ou plutôt ça tourne ! 

(photo)

7) Japonais au top !

Ils sont trop forts ces Japonais… Pour développer l’apprentissage du japonais dans les pays en émergence (et faciliter ainsi les échanges commerciaux), le gouvernement envoie gratuitement chaque année scolaire une enseignante japonaise. A ajouter : la prise en charge de 2 mois de formation au Japon à l’enseignante de japonais de l’école (qui elle est indienne) + Attribution de bourses scolaires à deux élèves pour venir étudier au Japon. Trop forts ! 

 

Lundi 9 décembre : Bluebells public schools (suite) 


1) Pédagogie Montessori très développée en Inde 

Toutes les écoles visitées à ce jour utilisent la pédagogie Montessori pour les plus petits, avec sa pédagogie, son matériel spécifique adapté aux petites mains et l’emphase sur le développement de la dextérité. Il semblerait que cela soit la cas dans la majorité des écoles indiennes. Bluebells a même une salle Montessori…

(photo)

2) Marche quotidienne consciente (Mindfullness walking) pour les plus petits

Tous les matins, les plus jeunes (4-6 ans) consacrent 15 mn à marcher dans le jardin de l’école, histoire de canaliser leur énergie et de bien les enraciner (« ground » them) avec des exercices inspiré de maître Thich Nhat Hanh. L’association indienne Ahimsa Trust (soutenue par les Nations Unies) propose les formations et exercices : http://www.ahimsatrust.org/. Un bon moyen de commencer la journée !

 

3) Cours de « Life skills »

Une fois par semaine tous les enfants de 6ème année (10/11 ans) suivent une séance de « life skills » (compétences de vie) pour aborder et échanger sur tous les sujets qui traitent des relations humaines. N'est-ce pas aussi important que les matières académiques?

(photo)

4) Travail obligatoire pour la communauté & Bénévolat au sein de l'école 

L’école voulant développer des valeurs altruistes de ses élèves, elle leur impose de s’impliquer dans des projets communautaires (développer des projets qui peuvent aider la communauté) mais aussi de donner du temps pour l’école.Les élèves étant divisés en 6 maisons d’appartenance (comme dans Harry Potter – pratique commune dans les écoles en Inde), chaque maison doit mettre à disposition 15 élèves par semaine pour aider l’école (accueil, assistant de la directrice, bibliothèque, …). Civique et économique ! 

 

5) Formation continue des enseignants : Simulation de cours devant les confrères

Je découvre aujourd’hui un des volets de la formation continue des enseignants : la simulation de cours devant les pairs. Une enseignante de primaire donne un cours à 5 enfants, avec en arrière plan une bonne quinzaine de collègues. L’objectif est de permettre d’échanger sur les pratiques in situ. Après 30mn les enfants sont congédiés et les collègues échangent sur ce qu’ils ont observé, ce qui pourrait être amélioré. Ses simulations sont très régulières puisqu’elles ont lieu une fois par semaine pour les profs d’école maternelle et primaire – et une fois par mois pour l’école secondaire. 

(photo)

6) ASSET, le PISA indien

Les écoles indiennes qui le souhaitent peuvent participer à une évaluation nationale permettant de comparer les performances de leurs élèves à ceux des autres écoles participantes dans 3 domaines de compétences : Anglais, Maths, Sciences, pour les enfants des classes 3 à 10 (7-15 ans). Bluebell participe à ce programme depuis quelques années.

 

(photo)

7) Conseils d'enfants avec campagne électorale
L’élection des 2 conseils d’enfants de 22 membres chacun (école primaire et secondaire) n’est pas à prendre à la légère en Inde. Les enfants ont de réelles responsabilités et la charge de travail est conséquente. Après une campagne électorale digne de ce nom et d’un vote, les enfants ont droit à une cérémonie d’investiture et une formation de 3 jours. Parmi les responsabilités, l’organisation de toutes les assembly…

Et toujours :

  • Supervision de la progression pédagogique par les coordinateurs AVANT que les enseignants ne puissent donner leur cours 
  • Enseignants : préparation des cours en équipe 
  • Les cours de Yoga
  • Et 20 bus scolaires pour l’école, rien que ça !!!

 

Mercredi 10 décembre : Guru Harkrishan public schools (scolarité complète)


Aujourd’hui une école confessionnelle de religion Sikh (2% de la population en Inde), avec 2500 élèves. Malgré cette spécificité, 63% des enfants scolarisés ici ne sont pas sikhs mais le cours de « divinités » reste obligatoire pour tous. Merci de l’accueil et de la visite guidée, avec un dévouement absolu de tous les enseignants rencontrés pour partager avec moi leur travail. Frais scolaires de 2000 roupies/mois : l’école accueille principalement des enfants des classes économiques assez faibles. Début de la journée à 7h10 ce matin, avec l’assembly… Les points importants remarqués aujourd'hui 

1) Bulletin scolaire - Comportement des élèves évalué

Une très bonne idée il me semble : Evaluer le comportement des élèves, partie intégrante de son éducation et de ses savoirs... être (savoir-être). Le bulletin scolaire de Guru Harkrishan public school évalue chaque enfants en 10 critères chaque trimestre (notes classiques de A+ à E) : la propreté du travail, la politesse, la ponctualité, la confiance en soi, le sens de l'initiative, le self control, le sens du service, le respect des affaires des autres, le soin apporté aux choses, partage et prendre soin, …

Pour info, la présence en cours est également évaluée...

(photo)

2) Cours de culture générale 1h/semaine (pour les 5 --> 9 ans)

Les cours de culture générale permettent de découvrir le monde et son actualité...en plus de la lecture quotidienne de l'actualité... 

 

3) 1h/semaine d'activité libre au choix

Pour permettre à chacun de se faire plaisir et d'explorer ses talents et développer son potentiel, l'école propose une large diversité d'activités (peinture sur tissue, origami, cuisine, art, boulier, tricot, yoga, théâtre, réutilisation des matériaux) - obligatoire pour tous, de 5 à 17 ans

 

4) 1h de cours d'informatique/semaine obligatoire de 5 à 17 ans

On ne rigole pas en cours d'informatique. Si les plus petits sont rapidement familiarisés avec les fondamentaux et le traitement de texte, on monte vite en compétences avec l'étude de Powerpoint dès 9 ans (+ construction d'un ordinateur), l'étude du langage html (construction de site web) dès 13 ans, et langage c++ pour les filières scientifiques et commerciales dès 15 ans. Tous les enfants peuvent faire des présentations multimédia de qualité très jeunes...

(photo) 

5) Etude obligatoire de 3 langues de 3 à 15 ans : anglais, hindi + punjabi (car école Sikh

Oui, 3 langues, ça impressionne... d'autant plus que l'Hindi/Punjabi n'utilisent pas l'alphabet mais des caractères calligraphiés complexes appelés devanāgarī.

 

6) Evaluations détaillées : un must !

En effet, pourquoi mettre une note générale en langues alors qu'elle nécessite de nombreuses compétences. Ainsi, toutes les matières principales (anglais, hindi, punjabi, maths, sciences) sont évaluées sur plusieurs points distincts. Par exemple, les langues sont évaluées en 11 points :

  • Lecture : prononciation, fluidité, compréhension
  • Ecriture : créativité, rédaction, grammaire, orthographe, vocabulaire
  • Oral : Conversation, récitation
  • Compréhension orale 

Côté maths, évaluation en 5 points : Concept, activité/projet, tables de calcul, calcul mental, travail écrit.

 (photo)

 

Guru Harkrishan public schools : suite


 

La suite de mes aventures en 6 points:)

1) Apprentissage hyper précose

En effet, l'écriture est étudié dès 3 ans (toutes les lettres alphabet + "voyelles" Hindi) … et dès 4 ans, les enfants peuvent compter jusqu'à 100 + écrire des mots de 3 lettres. Whaouh ! Durant tout mon séjour, j'ai été effectivement surprise et très impressionnée par la précocité des apprentissages, y compris en préscolaire. Commencer à écrire dès 3 ans ou savoir compter jusqu'à 100 à 4 ans me surprend. Malgré tout, plusieurs enseignants rencontrés durant mon séjour m'ont dit être défavorables à ces pratiques considérant que l'enfant est trop jeune pour la posture d'écriture (considérant que commencer à 6 ans, comme chez nous, c'est bien)

 

2) Ecole après l'école ... qui devient aussi populaire en Inde...

Après les grandes puissances d'Asie (Chine, Japon, Corée du sud), cela est également arrivé en Inde : l'école après l'école. Plusieurs fois par semaine (et non tous les jours comme en Asie), les élèves suivent des cours supplémentaires dans des écoles privées pour augmenter leurs performances et multiplier leurs chances de réussite. 

(photo)

3) Excellence & exigence...

Dans cette école, au primaire, 80% des enfants reçoivent un A+ (exceptionnel) ou A (excellent)...Autant dire que l'école est une priorité pour la majorité...

 

4) Réunion mensuelle avec les parents

Une fois par mois (un samedi matin) les enseignants assurent une permanence pour informer les parents de la situation scolaire de leur enfant. La majorité des parents viennent à cette rencontre, très concernés par la réussite de leur enfant. A chaque rencontre, la bibliothèque de l'école organise en parallèle la venue de libraires pour permettre aux parents d'acheter des livres en même temps (les libraires reversent 10% des bénéfices à l'école – ce qui permet l'achat des livres de la bibliothèque). Gagnant, gagnant ! 

(photo)

5) Super technique pour apprendre les additions notamment

 Trop difficile à expliquer ici mais je découvre aujourd'hui des pédagogies intéressantes pour apprendre à compter. Assurément, cela semble beaucoup plus facile ! Je vais réfléchir à un moyen de vous expliquer cela...

 

6) Compétitions très régulières intra-école et interscolaire (culture générale, débat, récitation, art, religion, sport, orchestre)

Cela fait partie de la culture pédagogique indienne : les compétitions, en individuel ou en collectif. L'année scolaire est rythmée par les célébrations régulières et la multitude de compétions qui permettent de valoriser un grand nombre de talents. La sélection des meilleurs fait donc partie du processus.

 

Ecole secondaire gouvernementale (6-8ème années), dans un village – Région de Vrindavan


Enfin ma première école publique, il y a longtemps que je l’attendais – en milieu rural par ailleurs. Je découvre donc enfin une école représentative des écoles gouvernementales des campagnes. J’en ai tellement entendu parler ! Comme toujours, on me reçoit avec du thé (Chai) et des petits gâteaux (merci !) mais face à cette nouvelle réalité j’ai du mal à poser des questions, de peur d’être impolie…Mes impressions en 5 points : 

(photo)

1) 4 murs, une salle de classe : un manque de moyens évident !

Je ne m’attendais pas forcément à ça… Je découvre une école faite de 4 salles de classe sans équipement aucun, elles sont… vides ! Pas de tables, pas de chaises, rien ! Pas même une armoire, un bureau pour l’enseignant, pas une chaise, juste un tableau noir – et éventuellement quelques peintures « pédagogiques » aux murs, aussi défraîchies que leur support. Une seule salle est équipée de bureaux/chaises pour les écoliers. Pour étudier, les enfants s’assoient donc par terre sur des nattes ou des tissus car le sol et l’environnement sont très poussiéreux.

2) Gratuité totale

Contrairement aux écoles privées, les écoles gouvernementales sont entièrement gratuites. Les uniformes, les livres, les fournitures scolaires sont fournies – ainsi que le repas de midi. Ce dernier semble être source de motivation pour s’y rendre… mais je doute fortement qu’il y ait un livre pour chacun. Et je dirai que la moitié des enfants portent leur uniforme.

(photo)

3) Les horaires adaptés aux saisons – des matières conventionnelles

  • Eté : 7h-12h & Hiver : 10h-16h pour s'adapter au climat.

Les enseignants m’assurent par ailelurs enseigner les matières obligatoires classiques : Hindi, maths, Sciences, Anglais, Sport notamment. Sans aucun moyen, il faut être très créatif et motivé – ou se contenter d’une éducation de base, théorique.

 

4) Accueil & Bonbons

Les enfants sont majoritairement très enthousiastes de me voir arriver ! Ils m’entourent et me suivent – ou regardent ma couleur pâle avec curiosité ;) Toutes mes tentatives pour photographier une salle de classe vide échouent, les enfants se ruent devant la caméra. Je suis toutefois invitée à offrir des friandises aux enfants (quelqu’un se charge donc de l’achat) et me voilà à distribuer deux bonbons à chaque enfant. Quelques clichés permettent ainsi de mieux voir les salles de classe

(photo)

5) Enseignants

Sur les 8 enseignants de l’école, 3 viennent d’être recrutés en avril dernier, à la rentrée 2013 donc. Le recrutement se fait sur concours et les heureux candidats bénéficient comme en France d’un emploi à vie. Je n’aborde pas le sujet avec mes hôtes mais de ce que j’ai entendu dire durant tout mon séjour, le métier d’enseignant en école gouvernementale est extrêmement mal perçu en Inde :

  • Absentéisme très fréquent ou simple présence dans l’école (personne ne contrôle les présences ou la qualité du travail engagé). Les enseignants perçoivent leur salaire mais se rendent ou pas à l’école.
  • Mauvaise réputation : La réputation des enseignants des écoles gouvernementales étant des plus mauvaises et faute de moyens décents à disposition, les enseignants motivés cherchent en général à exercer dans le privé, même pour un salaire similaire.
  • Des enseignants parfois peu qualifiés (et parfois corruption pour acheter le concours) : la qualification semble donc parfois discutable

Le directeur de l’école (qui me dit juste bonjour, je ne sais pas s’il parle anglais) et trois autres enseignants sont effectivement dans la « cours » à discuter. Peut-être sont-ils en pause, je ne peux dire. 

Il semblerait que la corruption soit un énorme fléau en Inde… « Sur 100 roupies versées par le gouvernement, 10 vont réellement au projet » dit-on familièrement… Selon un membre du gouvernement avec lequel j’ai discuté il faudra au moins 15 à 20 ans pour donner à chacun une éducation correcte et peut-être espérer sortir de la corruption. 

 

(photo)

 

Voilà, c’est fini pour l'Inde ! 

Nous espérons que les découvertes ont été enrichissantes.

Vous êtes les bienvenus pour nous contacter afin de nous apporter des compléments d’information ou des corrections :   Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Par avance merci ! Prochaine destination : le Japon …